Informations du projet

Musée Chaplin, Corsier

Transformation pour l'avenir

Jusqu'à sa mort le 25 décembre 1977, le légendaire Charlie Chaplin a vécu dans le manoir de Ban à Corsier-sur-Vevey. C'est là que l'artiste a vécu ses «belles années», a écrit plusieurs scénarios ainsi que ses mémoires. Le monde dans lequel vivait Charlie Chaplin lors de son exil suisse était constitué d'une maison de maître, de dépendances et de bâtiments agricoles.

En 2000, l'architecte suisse Philippe Meylan et le muséographe québécois Yves Durand ont eu l'idée de transformer le manoir de Ban en un musée présentant l'œuvre colossale de cet artiste prolifique.

Un nouveau bâtiment grand format, l'actuel musée, plonge les visiteurs dans un univers cinématographique à part entière. La maison Chaplin est restée entièrement intacte. Le public y découvre la vie privée de l'artiste et de sa famille. Une importance toute particulière a été accordée au maintien de la maison et de la propriété dans leur état d'origine. Le parc protégé a été parfaitement intégré au parcours de visite de 1'350 mètres carrés. Il fait le lien entre les différents bâtiments et les surfaces d'exposition. Une boutique, un restaurant et des ateliers viennent compléter ce musée unique en son genre.

Afin d'accorder au concept architectural de la maison l'importance qu'il mérite, nous avons misé dans l'espace public sur des cadres bloc de couleur laqués, ainsi que sur les panneaux bruts UniStar et FlamEx de RWD Schlatter avec des barres profilées.

Les portes battantes avec hublots, elles aussi intégrées dans les cadres blocs, confèrent un aspect hors du commun à l'espace intérieur qui rappelle les thématiques des films de Chaplin.

Dans l'espace fortement sollicité et accessible uniquement au staff, les portes aux huisseries extrêmement résistantes assurent de précieux services.

Une porte à battant surdimensionnée garantit la protection coupe-feu exigée par la réglementation entre ces deux zones pour maintenir un accès rapide à l'escalier majestueux dans les couloirs du musée.

Les portes battantes de 2,10 mètres de haut et 1,84 mètre de large restent ouvertes en permanence grâce à un puissant aimant exerçant une force de 490 newtons et se ferment automatiquement en cas d'incendie grâce à un ferme-porte. Pour pouvoir supporter le poids conséquent de la porte, nous avons utilisé la porte de type UniStar 68, fonctionnelle en matière de technique. Combinée à un ferme-porte tandem fait à partir de deux cylindres à pression d'huile synchronisés parallèlement, elle permet une fermeture optimale en cas d'incendie pour une utilisation relativement plus simple.

Architecture: Itten+Brechbühl SA, Lausanne
Maîtrise d'ouvrage: Domaine du Manoir de Ban SA, Corsier-sur-Vevey


 
 

Objets de référence

Ici, nos portes sont chez elles. En savoir plus

Résultats annuels 2021

Arbonia affiche à nouveau des résultats annuels très satisfaisants. plus

Penser et agir durablement!

Vers le rapport de durabilité Arbonia. En savoir plus